On parle de taureaux. Nimes 2017

NIMES. Dimanche 4 juin après midi .
Un contre six, ce geste il le voulait, il en géra tous les détails, choisit lui-même les élevages à défaut des taureaux: ganaderos amis, éleveurs liés à des triomphes passés, taureaux porteurs d’images d’antan, le millésime anniversaire de l’alternative de Christian Nimeño*, invita à se produire à ses côtés Jean Lou Aillet un jeune arlésien, picador débutant (deuxième corrida), Luc jalabert discret à l’habitude.. Des célébrités, incognito, se coulaient par les tendidos: la terreur des prétoires Me Dupont Moretti, Gérard Jugnot metteur en scène et comédien, Christina Sanchez et tout le ban des subalternes nationaux disponibles. D’autres bien sûr. Le fils de Christian à qui il dédia il dédia la faena du taureau Mostera.
etc…
*J’étais enfant, un jour, nous étions en famille, mon père se leva sans mot dire autre que «  je vais aux obsèques de Christian » .(J.B)

On parle de taureaux. Nimes 2017

Samedi 3 juin.
Matinale.
Andy Younes vainqueur de La Cape d’Or : 56 ème trophée Antonio Ordoñez.
Moins de demi arène. Soleil. Novillos de Zacarias Moreno (Madrid) inédit en France. Bien présentés, faibles en général.
Andy Younès. Ovation et saluts – deux oreilles. L’enfant d’Arles poursuit sa marche en avant, le grand jour se profile à marche forcée.
Carlos Ochoa. Ovation et saluts. Silence. Garçon à revoir.
Alejandro Gardel. Oreille. Silence. Torero digne d’intérêt. Immédiat. Il communiqua avec les gradins lors d’un brindis aux nues destiné à son maître et protecteur Palomo Linares.