On parle de taureaux. Beziers 2016 (III)

Dimanche 14 août à Béziers
Que reste-t-il du taureau brave ?
Soleil, chaleur. Deux tiers d’arène.Taureaux de Robert Margé : irréprochable présentation et tercios de pique. El 1bis sur le point de balancer le couple, Artesano allègre pour la seconde rencontre, Decidor supporte une interminable première avant d’accourir de loin, même chose pour Tramposo, et puis Capitan qui poussa sur sa première attaque avant de prendre de l’élan pour se mesurer au poulain d’Alain Bonijol….tout était là et pourtant le clan Margé père et fils faisaient la g…triste mine!

On parle de taureaux. Beziers 2016

Vendredi 12 août à Béziers.
11h. Matinale, entrée gratuite pour une tienta ! Etonnant ? Oui, généreux aussi alors que les frais généraux courent : personnels divers, sécurités. Famille Margé au gouvernail, vaches aux abois, le mayoral Olivier à la baguette et jeunes de l’Ecole Taurine de Béziers dans leurs petits souliers. Pensez donc ! La grande arène, un millier de spectateurs, la passion mais le cœur débordant de rêves. Ils n’étaient pas peu fiers lors de la vuelta finale. Honneurs aux Orcina, Clement, Miñana, Thibaut, Lenny, Elie, et à mesdemoiselles Ana et Marion.

Tanda de blogs. Recordando a Manuel de la Fuente

Un día de toros en el Puerto sirve para muchas cosas. Para mí la principal en este domingo agosteño azotado por los vientos de Levante, ha sido sentarme frente a la monumental escultura erigida en sus aledaños a Francisco Rivera “Paquirri”, con ocasión de su heróica muerte en Pozoblanco, y pensar en su autor, el gaditano Manuel de la Fuente, que también allá que fue a reunirse por los ruedos celestiales con su paisano el torero de Barbate.