Tirando de pico. Anecdotario taurino de Francisco Picó

“Soy fraile, pero más torero que tu”

Siempre se ha comentado que los viajes de las cuadrillas cuando van de unas ciudades a otras, tienen un encanto especial, sobre todo porque en esos trayectos se comentan mil y una cosas, relacionadas con la última corrida, o se habla de las previsiones para el próximo festejo. o en definitiva, de temas varios, relacionados con su difícil profesión.

On parle de taureaux. Nimes 2017

NIMES. Dimanche 4 juin après midi .
Un contre six, ce geste il le voulait, il en géra tous les détails, choisit lui-même les élevages à défaut des taureaux: ganaderos amis, éleveurs liés à des triomphes passés, taureaux porteurs d’images d’antan, le millésime anniversaire de l’alternative de Christian Nimeño*, invita à se produire à ses côtés Jean Lou Aillet un jeune arlésien, picador débutant (deuxième corrida), Luc jalabert discret à l’habitude.. Des célébrités, incognito, se coulaient par les tendidos: la terreur des prétoires Me Dupont Moretti, Gérard Jugnot metteur en scène et comédien, Christina Sanchez et tout le ban des subalternes nationaux disponibles. D’autres bien sûr. Le fils de Christian à qui il dédia il dédia la faena du taureau Mostera.
etc…
*J’étais enfant, un jour, nous étions en famille, mon père se leva sans mot dire autre que «  je vais aux obsèques de Christian » .(J.B)